Le Montluc Cinéma Portraits

Le Montluc Cinéma, une oeuvre des Stéphanois

En attendant de retourner au cinéma, parlons-en ! Que faire d’autre ?!! Parlons du cinéma, parce qu’il nous ouvre sur le monde, nous fait rêver, rire, pleurer, nous émerveiller, partager aussi… Parce qu’il est essentiel et qu’il nous manque.

Et le sujet de notre deuxième portrait a presque cent ans ! Nous allons en parler avec beaucoup de respect et d’admiration. C’est notre cinéma stéphanois : Le Montluc cinéma.


“Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.”

Jean Cocteau

Le Montluc Cinéma aujourd’hui

L’histoire du Montluc est celle d’une salle de patronage et de nombreux passionnés ! Et aujourd’hui encore, ce cinéma associatif ne compte aucun salarié, mais une équipe de plus de 50 bénévoles motivés. Vous les retrouverez à l’accueil ou à la caisse, mais ils sont aussi projectionnistes, ou accueillent les scolaires, distribuent les programmes et affiches, gèrent le site internet, etc. Au Montluc, il y en a pour tous les goûts et tous les âges.

En quelques chiffres, (avant cette pandémie) le Montluc proposait chaque année plus de 200 films à 14000 spectateurs (séances publiques) et des projections à plus de 4000 scolaires.

Car le Montluc Cinéma, salle classée Art & Essai, joue un rôle dans l’éducation à l’image des enfants et des adolescents. Il accueille en effet les scolaires grâce aux deux dispositifs menés avec l’Education Nationale (Ecole et cinéma, Collège au cinéma), ainsi que d’autres films proposés par SCALA (Salles de Cinéma Associatives de Loire-Atlantique). Les élèves des écoles de Saint Etienne de Montluc, Couëron, Orvault, Sautron, Bouée et du collège de Cordemais viennent assister à une, deux ou trois projections par an.

L’actuel président de l’association, Loïc Chaillou, ancien instituteur et (toujours !) amoureux du cinéma, a permis au Montluc d’obtenir récemment le label Jeune Public en diversifiant ses animations pour les enfants.

Ainsi, le cinéma propose un dimanche par mois une “Petite Séance”, films d’animation pour les tout petits à partir de 2-3 ans.

Pendant certaines vacances scolaires, sont programmés les Après-midis des enfants (Deux séances avec un goûter offert entre les deux) et parfois des ateliers / animations comme le grattage de pellicule, la table mashup ou le “vélo zootrope”…

Vélo zootrope

Grattage de pellicule

Table MashUp

Au printemps, depuis 2016, dans le cadre du réseau SCALA, qui comprend 35 salles du département, le Montluc participe à la Quinzaine PlayTime. Sont programmés plusieurs films Art et Essai, du patrimoine, jeune public, des avant-premières ou des ciné-concerts, sélectionnés pour leur qualité. De nombreuses animations accompagnent les projections comme des rencontres avec les professionnels du cinéma ou des ateliers pour les enfants.


Le Montluc est aussi l’occasion de voir ou revoir les films du patrimoine mondial du cinéma en version originale à travers le cycle “
Grands Classiques”. 

Certains films (fiction ou documentaire) sont suivis d’un débat avec, parfois, la présence du réalisateur, scénariste, producteur ou distributeur.

Nous espérons également retrouver très bientôt notre Ciné gourmand du lundi après-midi, avec des films sous-titrés. Certaines maisons de retraite amènent régulièrement leurs résidents à cette séance. Le cinéma leur offre avec plaisir un gâteau fait maison après la projection.

Et les ciné concerts alors ! Le dernier en date, “Le Mécano de la Générale”, de Buster Keaton, en septembre 2020, avec le groupe de musiciens stéphanois Rieb Project, nous a fait passer un moment magique, joyeux, essentiel !


Et cette magie, nous le souhaitons, durera encore longtemps. 


“Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut”

Claude Lelouch

L’histoire du Montluc Cinéma

C’est en 1921 que tout commence avec la création de l’association de patronage “Jeunesse Stéphanoise” présidée par Abel Durand. Cette association catholique initiée par la paroisse a pour but “l’éducation populaire, la formation morale et l’instruction physique des jeunes gens. Elle leur procure des divertissements et entretient entre eux les liens de l’amitié… “ Dans un premier temps, elle propose aux jeunes plusieurs activités sportives, monte une troupe de théâtre et programme des concerts. Quelques années plus tard, elle organise aussi les séances de cinéma. 

Le dimanche 12 octobre 1924, les Stéphanois peuvent assister à la première séance de cinéma. En rang, serrés sur les bancs de bois, dans la salle des Oeuvres de la cure, qui quelques années auparavant servait encore d’école primaire (actuellement l’espace jeunesse de la bibliothèque municipale) ils regardent le premier film, muet, aux images cadencées “Spartacus” (1909) de Oreste Gherardini.

Les films se succèdent au fil des années. Les Stéphanois viennent de plus en plus nombreux et les locaux ne sont plus adaptés. Il faut construire une salle digne du Cinéma !

En mai 1928, débute la construction de la salle actuelle, sur une prairie vendue (presque donnée) par la famille Dubois de la Patellière. Les paroissiens de Saint Etienne contribuent manuellement et financièrement à la construction de cette salle. Une souscription ouverte à cette intention rapportera 9730 F de l’époque en 3 semaines. Artisans et bénévoles s’activent pour cette construction. Les charrettes des agriculteurs transportent les matériaux nécessaires. On va chercher des poutres de bois récupérées sur les anciens trois-mâts dans le cimetière à bateaux du canal de la Martinière, pour assembler la charpente (c’est toujours la même aujourd’hui!). On utilise les pierres de la carrière de Saint Etienne (emplacement du camping actuel). Les travaux sont chapeautés par l’Abbé Guilbaud, vicaire, qui s’investit pleinement dans cette réalisation. 

Cliquez sur les images pour les agrandir

Cette nouvelle salle de patronage fut nommée salle Saint-Joseph en hommage à M. Joseph Dubois de la Patellière, 1er adjoint au maire et donateur du terrain. La statue de Saint Joseph est d’ailleurs toujours présente sur la façade du cinéma.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Le dimanche 29 décembre 1929, a lieu la première projection dans la salle St Joseph flambant neuve avec le film principal muet : “La Rose effeuillée” (1926) de Georges Pallu. Le projecteur était le même que celui utilisé à la cure.

En août 1933, après 45 projections en presque 9 années, est installé un nouvel appareil de projection neuf “parlant, chantant et sonore”. C’est une révolution pour les spectateurs et les projectionnistes !

Cliquez sur les images pour les agrandir

En septembre 1933, la salle Saint-Joseph est inaugurée, avec 460 fauteuils et bancs en bois (1ère et 2ème classes), et la projection de films parlants. Chaque séance comprend un documentaire, les actualités, un entracte avant le film principal et un court-métrage comique.

En 1940, la salle de cinéma est réquisitionnée par les forces d’occupation. Le 18 février 1940, l’association est accueillie par l’abbé Guillaud, curé de Saint Etienne de Montluc, dans la salle des Oeuvres de la cure afin de se réunir en assemblée annuelle. De nombreux membres de l’association sont absents car mobilisés, comme en témoigne le compte rendu de l’Assemblée générale :

“ M. le Président remercie l’assemblée d’avoir répondu à sa convocation, il constate avec regrets l’absence de plus de cinquante membres de l’association qui comme tous les français d’une classe mobilisable, on rejoint leurs corps dans les premiers jours de la mobilisation. Il se fait l’interprète de l’assemblée pour adresser aux absents le bon souvenir de tous et les vœux qu’ils forment pour leur prompt retour avec une victoire de nos armées sur nos barbares ennemis.”

Cliquez sur l’ image pour l’agrandir

Les réunions de l’association ne reprennent que le 30 octobre 1945. Beaucoup de membres ne sont pas revenus:

“L’occupation par les armées allemandes suivie de la guerre portée jusque dans notre bourg jusqu’à l’armistice du 8 mai et la fin des hostilités n’ont pas permis à l’association de poursuivre son but pendant ces cinq longues années. Monsieur le président évoque la mémoire des anciens membres honoraires et actifs de l’association morts depuis la dernière assemblée générale et exalte le martyr de ceux qui sont morts pour la France pendant la guerre, les bombardements, les déportés et prisonniers décédés ou disparus sur la terre étrangère. L’Assemblée debout, par une minute de silence, honore tous ses disparus.”

A partir de 1945, on installe deux nouveaux appareils de projection à charbon (l’un d’entre eux est toujours exposé dans le hall du cinéma). Les séances reprennent en 1946. On peut alors projeter des films plus longs en alternant les projecteurs pendant la séance. Puis dans les années 50 on agrandit la salle de projection, sans hésiter à pousser les murs et on construit un hall d’accès et de vente de billets. Avant ces travaux, l’accès à la salle se faisait par les portes latérales aujourd’hui bouchées et la vente des billets, dans une guérite sur la cour.

Projecteur de 1945

Cliquez sur les images pour les agrandir

C’est en 1960 que la salle Saint-Joseph est rénovée sous la direction du curé Philibert Guilbaud. Elle présente alors son style actuel et est rebaptisée le “Montluc Cinéma”. La statue de Saint Joseph reste, mais est déplacée sur le côté de la façade.

Les travaux, financés par des dons et des prêts coûtent entre 6 et 7 millions de francs. On passe à 341 places. Les sièges en bois de première classe sont changés pour une assise rembourrée et toujours un dossier en bois. Les places de 2ème classe restent identiques.

Le premier film, “Le Pont de la rivière Kwaï” (1957) de David Lean, est projeté le samedi 17 septembre 1960. Mais l’inauguration officielle et la bénédiction ont lieu le dimanche 16 octobre 1960.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Le Montluc continue sa route, mais avec la démocratisation de la télévision et l’utilisation de la voiture qui génère des changements de mode de vie, la fréquentation baisse considérablement jusqu’à la fin des années 70. Le nombre d’entrées passe de 15000 à 4000 spectateurs par an en 1976. Beaucoup de cinémas français fermeront, avec dans notre région le cinéma Jeanne d’Arc à Sainte Pazanne,  l’Etoile au Pellerin, le Jeanne d’Arc et les Variétés à Couëron. Le Montluc pense à fermer également. Il n’y a plus d’argent dans la caisse, des factures non payées et une dette à rembourser à l’évêché ! Certains bénévoles de longue date, las, songent à démissionner. L’équipe a besoin d’être renouvelée. Déterminée à garder le cinéma ouvert, une nouvelle équipe se forme, avec le soutien de quelques anciens. Certains bénévoles contractent même des prêts personnels pour relancer le cinéma. Heureusement la fréquentation repart à la hausse dès l’année suivante.

Le cinéma se modernise au fur et à mesure que les années passent : les sièges achetés d’occasion au Katorza à Nantes sont démontés par les bénévoles et installés au Montluc. On passe alors de 341 à 241 places (1981). Les deux projecteurs de 1945 sont remplacés par un seul nouvel appareil. En effet, les nouvelles pellicules, plus résistantes, peuvent alors être assemblées en une seule bobine de 3000m pour assurer chaque séance (1984). De deux projectionnistes, on passe à un seul. En 1990 est mis en place le son Dolby Stéréo. Puis on installe de grands plateaux horizontaux qui faciliteront les manipulations de films (1995). 

Cliquez sur les images pour les agrandir

Les peintures, la moquette, le parquet sont rafraîchis. La cour et le hall d’entrée (dans son apparence actuelle) sont réaménagés. L’écran est changé. Puis on passe au son numérique…

Hall

Les années 90 marquent également le début de l’accueil des scolaires et l’inauguration des ciné-conférences “Connaissance du Monde”. Une fois par mois un documentaire, présenté par son auteur, nous fait voyager aux quatre coins de la planète. Le Montluc participe au centenaire du Cinéma en 1995 avec la projection d’anciens films marquants de l’histoire du cinéma. 

En 1996, les petits cinémas de la région nantaise craignent de disparaître avec l’ouverture simultanée des deux multiplexes à Saint-Herblain. La fréquentation du Montluc chute de 25%. Mais ce coup dur n’ébranle pas la motivation des équipes qui organisent le premier ciné-débat en 1998 avec le film “Zonzon” de Laurent Bouhnik.

Des soirées-événements sont organisées par exemple, autour de la Coupe du Monde de foot ou bien des films James Bond…

1999 reste une année importante pour le cinéma. Afin de faciliter sa gestion et son évolution, il quitte la Jeunesse Stéphanoise pour créer l’association “Montluc Cinéma”. Puis la salle est classée Art et Essai. Son premier président Michel Texier pouvait être fier car très peu de salles associatives en Loire-Atlantique ont obtenu à l’époque ce label de qualité. 

En changeant de programmateur en 2001, le Montluc peut alors sortir les films plus tôt, avec un plus grand choix et une meilleure qualité. La fréquentation repart à la hausse.

C’est à cette époque que sont lancés les après-midis des enfants, les séances pour les seniors, les soirées-débats, des animations marionnettes, animations sur le conte, la participation au Festival des 3 Continents…

Le cinéma organise aussi les nuits du cinéma : 3 films projetés avec une boisson et une collation entre chaque film. 

Même des fanfares sont venues jouer dans la salle, partageant leur bonne humeur avec le public avant des projections de films musicaux !

En novembre 2011, c’est le grand saut vers le cinéma numérique. Le nouveau système de projection est installé à côté de l’ancien projecteur de film 35mm (pellicule) qui sert toujours lors d’ateliers avec les enfants. On en profite pour changer toutes les enceintes de la salle. Un vrai bouleversement pour la qualité de l’image et du son !

Cliquez sur les images pour les agrandir

Malgré tous ces travaux et la modernisation du matériel, la salle a su garder son cachet et son ambiance années 60.
Ce cinéma a une âme qui perdure depuis plusieurs générations grâce à la passion et au dévouement de nombreux Stéphanois…

Souhaitons-lui de vivre encore de nombreuses années !


“Un bon film, c’est celui qui vaut le prix du ticket, du restaurant et de la baby-sitter”

Orson Welles

Quelques chiffres et anecdotes pour finir

Cliquez sur l’ image pour l’agrandir

– Les 3 films qui ont fait le plus d’entrées au Montluc Cinéma sont le Roi Lion (2541 entrées en 1995), Astérix et Obélix Mission Cléopâtre (2002) et Bienvenue chez les Ch’tis (2008). 

– Pendant des décennies, la salle était divisée en deux classes. La 2nde classe sur le devant de la salle, au pied de l’écran, et la 1ère classe à l’arrière de la salle. Les deux classes étaient séparées par une petite allée.

– Certains bénévoles se sont investis plus de 40 ans au cinéma. Aujourd’hui encore, quelques-unes se souviennent avec nostalgie de leurs débuts, adolescentes, il y a plus de 35 ans, comme vendeuses de bonbons dans la salle ! On regrette de ne pas avoir retrouvé de photos !…

– Qui va trouver la sonnette de Monsieur le curé ? Pendant longtemps, l’Abbé Guilbaud, quelquefois remplacé par un responsable du cinéma, s’asseyait pendant la séance à son siège, réservé, à côté d’une petite sonnette reliée à la cabine, afin d’indiquer au projectionniste un problème technique. Il sonnait une fois pour indiquer un son trop fort, deux fois pour un son trop faible et trois fois ou plus pour un problème d’image (cadre, netteté). La sonnette est toujours à sa place !

Sonnette


– Dans les années 60, lorsque l’église dû subir quelques travaux, les messes eurent lieu dans la salle de cinéma.

– Etant une salle de patronage, la programmation a longtemps été soumise aux cotes morales de l’Eglise catholique. Les photos de films elles-mêmes, affichées dans la ville pour annoncer les séances devaient être approuvées par le curé de Saint-Etienne.

Cliquez sur les images pour les agrandir


Le métier de projectionniste n’est pas facile !…

Cliquez sur les images pour les agrandir

Un grand merci à Jacqueline Bichon, Loïc Chaillou, Caroline Cornière, Gérard Graizon, Christine Viaud, Michel et bien d’autres qui se reconnaîtront, pour nous avoir aidées à retrouver cette mémoire.

Avis aux Stéphanois, bénévoles (anciens ou actuels), en possession de documents ou d’informations sur l’histoire du Montluc, vous pouvez nous contacter par mail (contact@regardsursaintetienne.fr). Nous serons heureuses de continuer à enrichir cet article.

MONTLUC CINEMA
Rue Chauvin de la Musse
44360 Saint-Etienne-de-Montluc
Site internet
Page Facebook

Vous pourriez également aimer...